Country France
Year 2015 - 2018
Type of Measure Budgets > External funds
Form of Violence Violence against women and girls

Brief Description


Depuis 2010, l’action de la France dans ce domaine est intégrée aux Plan national d’action (PNA) de mise en œuvre des résolutions « Femmes, paix et sécurité » du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le plan en cours est actuellement le 2ème PNA (2015-2018). 

En outre, le ministère des Affaires étrangères a adopté en 2013 une stratégie « Genre et développement » 2013-2017, qui inscrit le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur de tous les programmes de développement menés par la France, et préconise une intégration transversale du genre dans tous les secteurs d’activité. La lutte contre toutes les formes de violences basées sur le genre, l’accès à la justice et aux droits est l’un des axes de cette stratégie, qui privilégie les leviers d’action suivants : l’abrogation des textes discriminatoires et l’adaptation des législations nationales aux dispositions internationales, le renforcement de la justice de proximité et l’assistance judiciaire gratuite pour les femmes victimes, la formation des professionnels prenant en charge les violences, et la sensibilisation sur les violences basées sur le genre en langue locale auprès des milieux scolaires, des élus, des leaders communautaires et des organisations de femmes.

Parmi les actions mises en œuvre dans le cadre de ces PNA, les programmes suivants peuvent être signalés :

- la mise en place d’un programme de « Lutte contre les violences faites aux femmes » en partenariat avec ONU Femmes pour l’Algérie, le Maroc, la Jordanie, le Mali, le Niger et le Cameroun (1,5 M €, 2011-2013). Un expert technique a été mis à la disposition d’ONU Femmes en Jordanie ;

- la mise en place d’un programme « Genre et cohésion sociale » (1,3M€, 2013-2016) sur l’emploi des jeunes et des jeunes femmes au Maroc, Tunisie, Egypte, en partenariat avec ONU Femmes ; - Subvention de 500 000 € à ONU Femmes pour un projet de coopération portant sur l’accès des femmes afghanes à la justice (2011-2013) ; 

 - la mise en œuvre du programme de lutte contre la mortalité maternelle et les violences de genre dans le cadre des engagements du G8 de Muskoka dans 16 pays d’Afrique subsaharienne, en Haïti et en Afghanistan. L’engagement financier avec les Nations-Unies est de 19M€ par an pendant 5 ans, dont 1M€ par an avec ONU Femmes pour la prise en compte du genre et la lutte contre les violences dans les programmes de santé maternelle ;

- la mise en œuvre d’un programme portant sur la scolarisation des filles et la lutte contre les violences de genre à l’école en Afrique francophone (3,3 M € sur 2012-2013 en partenariat avec UNICEF, Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso) ; 

- en République démocratique du Congo, l’ambassade de France à Kinshasa a consacré depuis 2012 plus de 2 M€ à des projets mis en œuvre par des ONG congolaises, visant la lutte contre les violences sexuelles, la participation des femmes aux processus décisionnels et l'insertion socio-économique des femmes vulnérables. La France soutient l’hôpital de Panzi consacré aux victimes d’agressions sexuelles (dotation de 200 000 euros et 2 tonnes de médicaments en 2013), ainsi que la SOFEPADI (plus de 90 000 euros depuis 2011) afin de l’appuyer dans son travail de sensibilisation, d’aide juridique et de réinsertion des femmes victimes de violences. Elle soutient également le développement par Médecins du Monde d’un programme de santé mentale communautaire dans la province du Nord-Kivu dans le cadre de la lutte contre les violences sexuelles (500 000 euros pour 2011-2013). Elle a également accordé son soutien à la réforme des institutions judiciaires en RDC (appui à la rédaction du nouveau code pénal et à la formulation du Plan d’action national pour l’amélioration de la santé en milieu carcéral notamment). 

- dans le contexte de la crise syrienne, la France a apporté un soutien au fonctionnement de l’unité gynécologique et obstétrique de l’ONG Gynécologues sans frontières, présente d’août 2012 à octobre 2013 dans le camp de réfugié de Za’atari, en Jordanie. En 2013-2014, la France a soutenu un projet de l’association Soriyat qui vient en aide aux femmes syriennes à l’intérieur de la Syrie et au Liban, avec un volet de soutien psychologique pour les victimes de violences sexuelles. Le ministre des Affaires étrangères a rencontré en marge de Genève II une délégation de femmes afin de marquer son soutien au renforcement de la participation des femmes dans les délégations syriennes. Lors d’une réunion organisée au Conseil de sécurité en janvier 2014, la France a réaffirmé ce message. Elle a organisé en décembre 2013 à Genève un événement sur le même thème. 

- en République centrafricaine, la France apporte son financement à l’UNICEF (programme visant la protection des enfants contre la violence et le recrutement par les groupes armés, 150 000€ en 2013). Ce projet est doté d’un volet spécifique sur la réduction des cas de violences à l’encontre des femmes et des filles. Des crédits sont également accordés à des programmes relatifs à la protection des femmes et des enfants en RCA (100 000€ pour 2014). 

- au Mali, des crédits complémentaires (600 000 euros) ont été accordés en 2013 pour des projets relatifs à la promotion des droits des femmes et au soutien aux associations de femmes locales.

Source of Information

Response of the Government of France to the Questionnaire on the Global Database on Violence against Women 2017

Please click here rel="noopener noreferrer" and here for more information.